peuplequebecois

Tout ce qui concerne le peuple Québécois autochtone.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un peuple sans chef

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gébé Tremblay
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 15/09/2007
Localisation : Oueskanini

MessageSujet: Un peuple sans chef   Dim 7 Oct - 17:11


Un peuple sans chef
Sylvie Bergeron
Le Devoir, libre-opinion,édition du vendredi 05 octobre 2007

Tout le monde peut prétendre le connaître, tout le monde peut parler en son nom. Une journaliste, un pompier, un maire, une serveuse, un politicien, une agricultrice. Tous sont légitimement placés pour parler au nom du peuple puisqu'ils en font partie. Autant que le premier ministre. Autant qu'un intellectuel. Il n'y a pas de différence. Nous sommes tous dans la même galère. Moi aussi, je peux vous dire ce que je pense de nous, le peuple. Je le vis, ce peuple, tous les jours. Tout comme vous.

Le peuple est un grand tout anonyme dont l'esprit trouve sa nature profonde dans l'histoire, qu'on s'en souvienne ou non. On n'est pas obligé d'être 350 millions pour être un peuple enraciné, cinq millions d'âmes peuvent suffire à tisser une trame historique qui se perpétue de génération en génération, à travers nos mémoires affectives: une langue, une manière de vivre, etc.

Quand ces mémoires sont confrontées massivement à celles d'autres peuples, il y a évidemment un sentiment de menace devant l'inconnu. Ce sentiment est toujours réciproque parce qu'on doit tous transformer quelque chose et parce qu'on craint l'inconfort créé par le changement. Normalement, ces ajustements se font à travers des crises. Normalement, l'étranger a plus de travail à faire que son hôte.

Article au complet ici:
http://www.ledevoir.com/2007/10/05/159451.html


Démarche de l'auteure

La démarche de Sylvie Bergeron concernant la question nationale a débuté au cours de l'année 1995, alors qu'elle était « coach mental » pour des athlètes élites se préparant pour les jeux olympiques d'Atlanta. Elle fut frappée par certaines plaintes d'athlètes qui revenaient d'entraînements dans le ROC (Rest of Canada), constatant une perte d'estime à chacun de leur retour au Québec. Était-ce causé par l'année référendaire ? En tout cas, le « non » gagnant semblait avoir un impact sur le moral des troupes : non seulement ces individus devaient se battre comme athlètes mais aussi comme Québécois au sein d'une nation qui ne reconnaît visiblement toujours pas la légitimité des revendications nationales du Québec. En 1999, Sylvie Bergeron écrit La conscience du génie québécois .

Site web de l'auteur:
Productions La Guaya
http://www.sylviebergeron.com/comsimple/publications.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://peuplequebecois.forumpro.fr
 
Un peuple sans chef
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un peuple sans histoire est un peuple sans avenir...
» Top chef, c'est ce soir sur M6 !
» A boire sans soif ! (Shweppes pêche light)
» Entrée à l'école sans BCG : comment faire ?
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
peuplequebecois :: Le Peuple Québécois :: Sylvie Bergeron-
Sauter vers: